Les maladies liées au sel

En premier lieu, il faut savoir que le sel est indispensable à l'organisme, car il intervient dans le renforcement osseux, la croissance, et dans certaines parties du cerveau. Le problème est la quantité nécessaire qui ne doit pas dépasser 5 g par jour, ce qui est déjà supérieur aux normes strictement sanitaires. En effet, le corps humain n'a besoin que de 2 grammes de sel par jour, mais il peut monter à 5 grammes sans engendrer un déséquilibre. En comparaison, la quantité est de 10 grammes dans les pays développés, et elle atteint plus de 20 grammes dans certains départements français. Cela signifie qu’un grand nombre d’individus consomme le double de la quantité recommandée. À long terme, le sel engorge les artères ce qui augmente le risque d'hypertension artérielle. Le sel est également un facteur de crises cardiaques et d’accidents cérébraux, notamment pour les personnes âgées ou obèses. Aujourd’hui, on estime à environ 50 000 par an le nombre de décès imputables au sel, ce qui en fait l'une des principales causes de mortalité.

L'augmentation du sel dans notre alimentation

Avant toute chose, il faut savoir que tous les produits naturels qu'on consomme chaque jour comme les légumes, le pain ou les aliments congelés possèdent déjà une teneur en sel. Le principal problème est que les entreprises alimentaires ajoutent du sel à cette quantité naturelle. De plus, ce sel est du type raffiné qui est l'un des plus difficiles à éliminer par le corps, aussi il n'est pas étonnant que la quantité absorbée par la plupart des consommateurs ait doublé en quelques décennies. Les industriels utilisent le sel pour améliorer la saveur et dissimuler les goûts amers. De ce fait, la consommation de sel a considérablement augmenté dans les pays développés, notamment à cause de l'alimentation industrialisée. Un autre aspect est que le sel donne soif, aussi cela permet d'augmenter la consommation de boissons sucrées. Cependant, toutes les parties conviennent qu'il faut des solutions, sinon le taux de mortalité va encore augmenter dans les années à venir.

Réduire la consommation de sel

De nombreux pays commencent à réduire le sel dans les produits alimentaires. Ainsi les pays scandinaves ont mis en place plusieurs programmes dans les années 2000, et les résultats sont encourageants. En effet, on a remarqué une baisse considérable des maladies imputées au sel. En France, l'Afssa (Association française pour la sécurité sanitaire des aliments) demande que la consommation baisse de 20 % dans les années à venir. Elle préconise également des étiquettes sur les produits spécifiant la teneur en sel, et le taux normal pour l'organisme. C'est pourquoi, il est conseillé de vérifier les produits pour connaître le taux, afin de bien doser celui du reste de son alimentation. Les médecins déconseillent de saler à table, car cela ne fait qu'aggraver le problème. En plus de l'hypertension et des maladies cardiaques, on observe également des infections rénales à cause d'une consommation excessive de sel. C'est notamment le cas pour les personnes qui présentent des risques héréditaires ou environnementaux. Un danger plus minoritaire est la surenchère du goût : une personne qui sale systématiquement ses aliments perd la vraie saveur des produits. De ce fait, le moindre changement lui paraît fade, et l'utilisation de la salière devient un réflexe. Ainsi, il faut envisager une diminution progressive et favoriser les produits naturels car leur teneur est moins nocive.